Portrait #1 Dominique JEAN

 

Quel est ton rôle dans le club ?

« Actuellement, je suis secrétaire du R.C.H. Une nouveauté pour moi, je débutes »

 

Quelle histoire as-tu avec le club ?

« Aucune, sinon je serais parti. Bien sûr, il y a eu des hauts et des bas. »

 

Ton meilleur souvenir (avec le RCH) et pourquoi ?

« Depuis 1981, il y en a !

Peut-être un 1/8ème de finale en championnat de France 4ème série en 1984 contre Marly la Louvière (57). On jouait à Soisson et on avait fait le déplacement en voiture. L »équipe adverse était arrivé en bus, tous le même survêtement, le même sac… déjà que l’on était passé juste en 16ème ; on était impréssionné. Match difficile, engagé. Je pense que sur 10 rencontres, on les auraient perdus 9 fois. On n’a pas fait ces 9 matchs ! Peut-être que l’on en voulait plus qu’eux. On est tous ressortis cigares au lèvres et on les a vus remonter dans leur bus la mine déconfites. Et nous, on est repartis avec nos voitures. J’étais dans la première, on est tombé en panne à Rouen. Les autre passaient en klaxonnant et en criant : « On a gagné » ; ils pensaient que l’on faisait une pause… les cons ! Bref, la dernière voiture s’arrête in-extrémis et on rentre sur Hérouville à 9 + un chien dans une 504 (non break)… Oui vraiement épique.

ça vaut le coup de se défoncer toute la saison pour de tels souvenirs.

Aussi, avec du recul, l’arrivée au club d’un militaire franco-malgache. Quand il est parti au Gabon (raisons professionnelles), on en a profité pour monter un voyage au Gabon en 1995 puis en Côte d’Ivoire en 1996. Il a fallu se démener (T-shirt, pinard, etc…) pour les financer car le Club n’a rien mis au pot et je trouve ça normal, c’est pas sa vocation. Il m’arrive d’aller le voir de temps en temps chez lui à Madagascar maintenant. Oui, l’amitié, c’est une bonne valeur. C’est aussi peut-être pour ça que j’ai adoré ce sport et qu’après avoir bien reçu (au prope comme au figuré), je continue à donner. »

 

Ton pire souvenir (avec le RCH) et pourquoi ?

« Le dimanche suivant et la rouste quer l’on s’est pris contre Chateaudun à L’Aigle en 1/4. »

 

Quel est/était ton poste ?

« Mon premier match, j’ai joué 15. C’était aussi mon seul match junior.

Comme je courais bien, j’ai été ailier, puis centre, puis 3ème ligne, puis 2ème ligne… bref de plus en plus près du combat (ou au fur et à mesure que je prenais du poids).

Je peux dire que j’ai joué du n°1 au 22 (officiellement), certains poste en dépannage, of course (9-1-3 notamment). »

 

En dehors du rugby, quels sont tes hobbies ou passions ?

« A cause d’un sud-africain arrivé au club en 1987 et qui est marionnettiste (qui m’arrive régulèrement d’aider), j’aime bien certains spectacles pour enfants… je trouve que c’est bien de garder une petite part d’âme d’enfant dans ce monde cruel d’adultes.

J’aime aussi lire (Bd et livres)

Et aussi boire un verre… ou deux avec les amis. Important de lever le coude… euh, non, de se serrer les coudes. »

 

Quel est ton plat préféré ?

« J’adore le poisson mais le cuisine très mal. En fait, je suis un peu fainéant au niveau cuisine. »

 

Quel est ton artiste préféré ?

« J’en ai plusieurs, pêle- mêle : Téléphone, H.F.T (Hubert-Félix Thiéphaine), Lavilliers, Starshooter, les Stranglers, the Cure et d’autres encore.

Dans un autre style : Devos, Desproges »

 

Quel est ton film/livre/œuvre préféré  – qu’est-ce que c’est ?

« Moins d’hésitation : Les Tontons Flingueurs, un film parodique des espions avec de savoureux dialogues de Michel Audiard.

Bon, il y a bien ma vie… je ne sais pas si c’est une oeuvre mais c’est un sacré chantier qui n’est pas encore finis (peut-être encore 30 ou 40 ans de travaux avant d’arrêter si tous va bien ?) »

 

Quel est ton joueur/joueuse préféré ?

« Lagisquet, j’adorais ses crochets ; Benetton, un superbe combattant. »

 

Quelle est ta citation préférée ?

« On n’est pas là pour beurrer des sandwichs » (voir 2 rubriques plus haut)

 

Quelle histoire as-tu avec le club ? (bis)

« Joueur à partir de 1981, j’ai arrêté en 2012 à 48,5 ans. Mon corps en avait assez d’attendre que la tête décide d’arrêter et me l’a bien fait savoir. Je n’ai donc jamais foulé la fédérale 3. Snif, rien que pour ça, j’aurais pu faire une année de plus mais j’ai préféré garder un usage plutôt normal de mes épaules.

Trésorier à partir de 1981 jusqu’ à la saison 2011/2012 inclus, il paraitrait que j’ai pu m’acheter un château (voir plaquette club 1991) mais je n’ai jamais trouver la route et encore moins les clefs… ça me changerait de mon appartement !

Avec Nadia, je m’occupes tous ce qui est courses pour le Tournoi de Beauregard (hors sportif). Gros chantier aussi.

Sinon, je donne un coup de main au « 2 pièces » au gymnase Laporte, local où l’on reçoit les adversaires (seniors) après match et aussi lieu de vie des seniors. Grosse pression, surtout quand j’oublie de faire la commande de fûts (si, si, ça peut m’arriver) ; En attendant un véritable Club House… J’espère que je le verrais de ma vie de vautour.

 

Bon, allez, j’arrête là.

Sportez-vous bien… gardez-vous au chaud mais n’hésitez pas à vous entrainer et jouer quelquesoit le temps et que le cul vous pêle ! »

Dom.