Un peu d’histoire…

Origine du club
logo-rch-mini

LES ORIGINES DU RUGBY CLUB HEROUVILLAIS

Le creuset du club dans les années soixante a été la MJC d’Herouville. Elle est créée en 1963. En 1968 elle accueille un nouveau directeur Daniel Jacquier. La même année, Robert Garibal, entraîneur du Stade Malherbe et professeur d’histoire géographie originaire de Toulouse, propose d’y mettre en place une école de rugby. En 1969, Maurice Mauger, joueur au Stade Malherbe, décide de quitter son club qui n’a donc plus d’entraîneur et connaît des problèmes de gestion d’effectifs. Il propose à Robert Garibal et Daniel Jacquier de créer une équipe senior au sein de la MJC. Ces derniers pensent que c’est prématuré. Maurice Mauger décide donc d’animer cette équipe au sein du comité d’entreprise de la SAVIEM , entreprise de Blainville sur Orne dans laquelle il travaille. Il forme les joueurs, tous débutants et pour la plupart salariés de la SAVIEM. Dès 1970, l’équipe de la SAVIEM participe au championnat de Normandie.

Convaincu que la pratique sportive a aussi pour but de brasser les différents milieux socioprofessionnels, Maurice Mauger reprend contact avec Robert Garibal en 1971. Une équipe senior est alors créée à la MJC d’Hérouville. 14 joueurs de la SAVIEM l’intègre ainsi que quelques anciens du Stade Malherbe. Le maire de la ville, André Vermeulen, met à disposition des rugbymen le stade Montmorency. Les couleurs du club sont choisies : blanc et noir. Robert Garibal en est le premier président jusqu’en 1973. Serge Saint lui succède pendant deux années puis, en 1975, Maurice Mauger le remplace à la tête de la section. A Hérouville les élections municipales de 1971 ont vu la victoire de la liste conduite par François Geindre. La nouvelle équipe municipale veut réorganiser la vie associative de la commune, recentrant la MJC sur les activités socioculturelles et d’éducation populaire pendant que les activités sportives seraient regroupées dans une autre association, le Sporting Club Hérouvillais, créée depuis 1963. En 1976 le nouveau responsable de l’école refuse de faire le bilan de son activité auprès des dirigeants de la section, lors de l’assemblée générale. En fait, il inscrit de sa propre initiative la section jeune au SCH. La tentative tourne court, la section rugby récupère l’équipement et les joueurs transférés.

La pression municipale se fait néanmoins sentir via les moyens attribués au club : les subventions diffèrent selon l’affiliation SCH ou MJC des sections. Ainsi le rugby recevait moitié moins d’argent municipal que la section d’athlétisme du SCH, pour un même nombre d’adhérents. La question financière est une préoccupation majeure dès le début et envenime les relations avec la MJC puis avec la municipalité. Dès 1973, quelques joueurs et dirigeants défilent un dimanche sur le marché de la Tour Leroy à Caen, revêtus de maillots déchirés pour protester contre leur manque de moyens. En 1977, Maurice Mauger rédige un article pour le bulletin municipal. L’article est détourné sans qu’il le sache et paraît dans Liberté de Normandie. Une phrase extraite du texte fournit un titre aguicheur au journaliste: « Le rugby, sport mineur en Normandie, a-t-il le droit de cité à Hérouville ?». La parution de l’article jette de l’huile sur le feu des relations entre la municipalité et la section rugby. De même les promesses d’agrandissement des locaux et de réaménagement du stade Montmorency se succèdent mais sont sans cesse repoussées. En 1979, suite à l’effondrement d’une tente Marabout sur des jeunes joueurs lors d’un tournoi (heureusement sans blessés), l’équipe dirigeante fait paraître un article dans le quotidien Ouest France dénonçant l’insuffisance et la vétusté des vestiaires. La réponse ne se fait pas attendre : lors du vote du budget de l’année suivante, la subvention du club n’est pas reconduite. Elle sera finalement renouvelée quelques semaines plus tard.

Le problème financier est aussi à l’origine du départ de la section rugby de la MJC. Les dirigeants de l’époque étaient pourtant convaincus de l’intérêt du brassage des activités et des individus au sein d’une structure d’éducation populaire. Mais le soutien de la MJC et des autres sections sportives leur semble insuffisant. Le bureau de la section pense pouvoir obtenir une subvention plus importante en tant que club indépendant. Les dirigeants du club proposent donc de quitter la structure mère. D’autres sections (basket, football…) ont déjà franchi le pas. La décision finale est votée lors d’une assemblée générale houleuse le 31 décembre 1984. Des contacts sont aussi pris avec la mairie de Ouistreham pour créer une école de rugby, nous avons un terrain (communal) mais pas assez d’éducateurs pour encadrer.Maurice Mauger démissionne en janvier 1985 et quitte la présidence lors de l’assemblée générale ordinaire de juin 1985 et refuse la co présidence avec Bernard Couchot pour se consacrer à l’entraînement des séniors, autre ancien de l’équipe de la SAVIEM. Le club est rebaptisé Rugby Club Hérouvillais à partir de la saison 1985-1986. Les relations avec la municipalité restent difficiles.

Le groupe des seniors s’est étoffé et aligne deux équipes tous les dimanches. Il joue dans les divisions régionales et accède pour la première fois au niveau honneur en 1987. Le club se trouve un nouveau vivier à l’université : étudiants en histoire et élèves ingénieurs complètent l’effectif. Ils sont rejoints par la suite par des militaires de l’Ecole de Défense Nucléaire Bactériologique et Chimique de Bretteville sur Odon. Le club se maintient à ce niveau trois années de suite. C’est aussi le moment pour une génération de joueurs de remiser les crampons, provoquant la descente en série régionale. Un nouveau groupe émerge dans la décennie suivante, pendant la présidence de Maurice Princet, qui portera le club de nouveau en promotion d’honneur à partir de la saison 1996-1997. Puis, après le départ de cette génération, l’équipe senior redescend une nouvelle fois en séries régionales. En 2005, Philippe Gomont accède à la présidence avec la volonté de donner un nouveau souffle au club. A partir de 2006, de nouveaux joueurs signent au RC Hérouvillais, pour beaucoup en provenance du club caennais voisin . Ce sang neuf permet au club de remonter en quatre ans de 2° série en honneur, tout en collectionnant les titres de champion de Normandie. En mai 2012, l’équipe senior s’ouvre les portes de la fédérale 3, premier niveau national.

L’origine du club est l’école de rugby. Elle perdure et se développe. A partir de 1977, Patrick Leguillon en devient le responsable. Lui et M.Mauger sont à l’initiative de la Fête du Rugby, tournoi annuel de fin de saison pour les jeunes de 6 à 14 ans. La première édition a lieu le 10 mai 1981 au bois de Lébisey. Le choix du site, au milieu de la cité, permet de donner une vitrine au club et de faire découvrir le rugby aux promeneurs et à leurs enfants. Devant le peu de résultats de cette stratégie, le tournoi va ensuite emménager tous les dimanches de Pentecôte dans le parc du château de Beauregard, site plus intéressant d’un point de vue logistique, permettant d’accueillir plus d’équipes, dans un cadre agréable et avec de meilleures conditions. Homologué par la FFR en 2012, il est devenu un rendez vous majeur pour les écoles de rugby de Normandie et d’Ile de France. Des clubs étrangers sont aussi régulièrement invités. Depuis la 30° édition, le tournoi rassemble plus de 1000 participants. L’école de rugby par contre connaît une période de difficultés dans les années 1990. Les effectifs se réduisent à une vingtaine d’enfants. La réorganisation de l’école, la création d’un emploi salarié, la collaboration avec le service jeunesse de la ville et avec le comité départemental de rugby, ainsi que la médiatisation du rugby (devenu sport professionnel ) et des coupes du monde permettent de relancer l’activité auprès des jeunes.

La saison 2012-2013 est celle de l’apogée du club. Les seniors jouent au plus haut niveau jamais atteint par le RC Hérouvillais, la fédérale 3. L’école possède des équipes dans toutes les catégories des moins de 7 ans aux juniors. De nouvelles activités ont été créées : fitness, musculation, participation au VAC, équipe des vétérans de l’agglomération caennaise. L’association compte aujourd’hui près de 300 membres. Avec le soutien de la municipalité, elle continue de faire vivre les valeurs de son sport et celles du mouvement associatif.

CHRONOLOGIE DES PRESIDENTS
1971-1973 Robert Garibal
1973-1975 Serge Saint
1975-1985 Maurice Mauger
1985-1987 Bernard Couchot
1987-1989 Patrick Brard
1989-1998 Maurice Princet
1998-1999 Hervé Garibal – Jean Marie Elie
1999-2001 Hervé Garibal- Jérome Doucet
2001-2003 Valérie Lechasles- Franck Cordier
2003-2004 Rodolphe Denis
2004-2005 Cyrille Kekolo
2005-2014 Philippe Gomont
2014-        Fabrice Royer

HEROUVILLE-SAINT-CLAIR
La création d’une section de rugby à la M.J.C d’Hérouville

Sur cette photo historique :

Au 2e rang : Robert Garibal, M. Lapeyre, ? , Michel Varet, Maurice Mauger, ?, et au 1er rang Emile Gosselin, Bernard Alleaume, Claude Lemesle, M. Leménager, James Laporte, Marcel Conin, M. Moulin, Charles Leroy

Les rugbymen d’Hérouville ont tenu mardi à la maison des jeunes une réunion dans le but de créer une section de rugby dans le cadre des activités sportives de la M.J.C.
Depuis deux ans, une école de rugby dirigée par M. Garibal fonctionne dans de bonnes conditions.
Au démarrage, une dizaine d’enfants de moins de 14 ans, se retrouvaient tous les jeudis sur le stade situé à la limite de Caen pour s’initier à ce sport viril  » mais dans l’intérêt même des élèves, cette école doit déboucher sur une section compétitive qui comprendrait plusieurs catégories : seniors, cadets… » a dit M.Garibal.
M. Veran, conseiller technique de rugby du comité de Normandie, qui assistait à la réunion à titre d’invité, a exposé les difficultés d’ordre matériel et de fonctionnement qu’éprouverait la nouvelle section de rugby à ses débuts.

« L’essentiel a t’il souligné, est de pouvoir disposer d’un stade et de moyen financier pour lancer cette nouvelle discipline à Hérouville ».
MM. Garibal et Roger ont déclaré avoir reçu du maire actuel l’assurance qu’ils pourraient utiliser un stade de la ville.

Quant aux moyens financiers, le budget de la maison des jeunes établi pour l’exercice 1971 prévoit à la rubrique « Rugby » un crédit prévisionnel modeste mais suffisant pour créer cette discipline notamment une équipe seniors et une équipe cadets.

Après avoir ébauché, sur les conseils de M. Veran, toutes les questions administratives et matérielles auxquelles les responsables devront apporter toute leur attention, les rugbymen ont formé leur bureau de la façon suivante : président, M. Garibal ; vice-président, M. Mauger ; secrétaire, M. Laporte ; trésorier, M. Allaume ; membres : MM. Lemesle et Gardin. Pour tous renseignements et inscriptions, s’adresser à la M.J.C., 1035 boulevard des Belles-Portes, tél. 80.21.30.

1971